Un an après les coulées de boue à Freetown

Le lundi 14 août 2017, un millier de personnes sont mortes lorsqu'une montagne entière s'est effondrée sur la capitale de la Sierra Leone. Sur plus de deux kilomètres, d'énormes rochers, délogés par la pluie, ont tout détruit sur leur passage. Votre incroyable soutien nous a permis d'apporter une aide d'urgence : plus de 87 000 colis de nourriture, 5 000 colis de vêtements et 3 000 articles de toilette ont ainsi été distribués.  

Mais l'histoire ne s'arrête pas la !

La coulée de boue et les inondations à Freetown ont eu un impact sans précédent sur le long terme. De nombreuses habitations et bâtiments ont été détruits et beaucoup d'enfants n'ont pas pu retourner à l'école. Des histoires comme celle d'Hawa Kamara sont ainsi très courantes.

slide.png

Hawa était une commerçante prospère qui vendait du riz et du poisson et soutenait l'éducation de ses enfants. Malheureusement, l'inondation a emporté le mari de Hawa, l'un de ses enfants, sa maison et son entreprise.

Après la coulée de boue, le gouvernement de la Sierra Leone a fourni aux familles comme celle d'Hawa une subvention en espèces de 200 livres sterling pour les aider à reconstruire leur vie.

En février, Street Child a mené une enquête auprès des personnes touchées pour faire état des progrès réalisés. Dans notre rapport "6 mois plus tard", nous avons souligné que 41 % des ménages n'avaient toujours pas les moyens de subvenir à leurs besoins et que 49 % des ménages avaient au moins un enfant non scolarisé.

En réponse, nous avons lancé un programme de soutien entrepreneurial auprès de 450 familles comme celle d'Hawa afin de fournir à 1 400 enfants le matériel éducatif dont ils ont besoin pour retourner à l'école. La distribution de ces subventions, financées en partie par notre appel "Droit d'apprendre ", commencera le mois prochain, après les pluies. En outre, nous sommes en train de construire deux nouvelles écoles pour remplacer celles que la catastrophe a rendu dangereuses, afin que les enfants les plus touchés puissent avoir accès à la scolarité qu'ils méritent. 

Tout cela a été possible grâce à votre soutien - merci.

Florian Weimert