Déborah et Simon au Marathon du Sierra Leone

Cette année, Déborah et Simon, deux jeunes venant de Belgique, ont décidé de s’engager auprès de Street Child et de participer à notre marathon au Sierra Leone. Nous leur avons demandé de nous expliquer ce qui les a motivé, comment ils se sont organisés pour la collecte de fonds et comment ils se sont préparé pour cette aventure !

“Lorsque l’on a eu vent de ce Marathon si spécial organisé en Sierra Leone (nous en avons eu connaissance tout simplement en naviguant sur la page internet de Street Child), la réponse nous est apparue très claire directement : on y va ! Il ne nous a pas fallu longtemps pour en parler à tous nos proches, familles, amis, collègues, voisins, connaissances, amis d’amis, …

Se préparer au marathon et à cette grande aventure n’a pas été une mince affaire mais avant même de penser à la préparation physique, il nous a fallu penser au projet et à la récolte de fonds. Nous étions très enthousiastes et les idées pour mener à bien nos activités de fundraising fusaient dans nos cerveaux. Une première étape a été de faire circuler l’information auprès du plus grand nombre via les réseaux sociaux et adresses emails et de solliciter le soutien de nos proches et connaissances pour contribuer au projet. Ensuite, pour rendre l’expérience plus enrichissante et attrayante, autant pour notre entourage pour que nous-mêmes, nous nous sommes lancés dans la fabrication et la vente de gaufres et de lasagnes, faits maison, avec amour, et avec l’aide de nos proches. Idée fantastique car cela nous a fait récolter le ¾ de nos cagnottes respectives. Nous avons pris un énorme plaisir à organiser ces récoltes et nous n’avions pas peur de bassiner nos amis durant de longs mois en sollicitant leur soutient financier. Après tout, c’est pour la bonne cause !

Enfin, parlons de la préparation physique au marathon ! Tous deux sportifs, il n’y avait logiquement pas trop de soucis à se faire. Mais, petit hic, nous ne sommes pas des grands adeptes du jogging et nous n’avons jamais participé à un marathon. Il nous a dès lors fallu nous pousser mentalement, nous entraider psychologiquement et aller au-delà de nos capacités. Lentement mais sûrement, nous avons commencé à nous entrainer, malheureusement pas autant qu’il aurait fallu, mais pas de tracas on y arrivera !! La détermination est notre meilleure alliée (après tout 10 kilomètres ce n’est pas si long, n’est-ce pas ?).

Le marathon du Sierra Leone étant notre premier marathon, et se trouvant, en plus, dans un pays à température élevée et à forte humidité (un climat bien éloigné de celui que nous connaissons dans notre chère Belgique froide et pluvieuse), la chaleur sera notre principal obstacle, mais c’est un défi que nous nous engageons à relever, même si nous devons arriver à bout de souffle à la ligne d’arrivée. L’important c’est de participer.

Anxieux, excités, heureux, impatients, prêts, … tant d’émotions qui nous envahissent à quelques jours près de ce voyage si longuement attendu. “

Florian Weimert