27913089_1745885012130596_2876896053319302518_o-2.jpg

LE PROJET DES “1000 ÉCOLES" DE LA SIERRA LEONE RURALE – LE PLUS AMBITIEUX DE STREET CHILD

STREET CHILD – 14 FÉVRIER 2018

Street Child est fier d'annoncer son objectif le plus ambitieux: une initiative sans précédent visant à transformer les perspectives d'apprentissage dans 1.000 écoles, pour plus de 100.000 enfants, dans les régions rurales de la Sierra Leone, d'ici 2023.

Street Child cherchera à mobiliser 11 millions d'euros au cours des trois à cinq prochaines années pour lutter contre la fatalité de générations entières qui grandissent dans des villages dépourvus de moyens éducatifs efficaces et avec un soutien minimum, voire inexistant - situation, qui, tragiquement, se présente dans des centaines de villages de la Sierra Leone.

Le programme ciblera directement les communautés ayant peu ou pas de services éducatifs efficaces - des communautés dans lesquelles aucun ou un très petit nombre d'enfants passent les examens nationaux de fin d'études primaires (NPSE).

Chaque projet d'école visera des améliorations allant de 4.500 à 13.500€, selon les besoins et les possibilités. Cet argent servira pour:

  1. La construction ou rénovation d'école et d’extensions;
  2. L’amélioration de la qualité de l'éducation couvrant la formation des enseignants et la distribution de matériel scolaires pour ces derniers ainsi que les élèves;
  3. Le plaidoyer communautaire sur l'importance de l'éducation et le rôle des aides-soignants dans le soutien de l'apprentissage des enfants;
  4. Des initiatives génératrices de revenus, telles que les fermes scolaires et les systèmes de prêt de semences conçus pour renforcer la viabilité des écoles communautaires.
IMG_5162.JPG

Depuis 2010, Street Child a réalisé avec succès les activités des quatre initiatives ci-dessus avec un faible coût et dans plus de 200 zones rurales. Au cours des prochaines années, Street Child ajoutera 800 autres écoles à son programme.

La collecte de fonds pour le projet a commencé mais nous en sommes qu’au début. Street Child vise à attirer un soutien important de la part des acteurs du développement et des philanthropes engagés dans un travail en faveur des plus pauvres. Nous pourrons mobiliser les plus grand nombre grâce à des initiatives à faible coût, apportant une forte valeur à l’apprentissage sur le long terme - et une ambition de voir le changement à une échelle réelle.

Les travaux du projet commenceront après Pâques et les prochaines élections présidentielles.

Cette annonce coïncide avec les derniers jours de l’appel à projet Street Child « Right to Learn » qui voyait tous les dons faits ou promis par les résidents britanniques avant le 15 Février être doublés par leur gouvernement grâce au « UK Aid Match » dont Street Child est heureux de bénéficier pour la troisième fois.


Retour sur l'année 2017

L'année 2017, entre la Sierra Leone, le Liberia, le Nigeria et le Népal, a été riche en accomplissements, fierté, courage, joie mais aussi défi, effroi et parfois chagrin. Vous trouverez ci-dessous quelques chiffres de l'année écoulée, de ce que nous avons achevé et de ce que vous avez rendu possible grâce à votre soutien silencieux, discret ou retentissant.  Merci et rendez-vous en 2018 !

 

SL.jpg

SIERRA LEONE

- 400 classes rénovées

- 1000 enfants ont reçu des livres, stylos et crayons

- 8000 repas  distribués aux victimes des inondations et coulées de boue à Freetown

- 225 salles de classe construites en partenariat avec les Catholic Relief Services, World Vision et DfID pour améliorer la qualité de l'éducation des écoles primaires

NPL.jpg

Népal

- 486 salles de classe construites

- 239 enseignant.es formé.es dans les communautés touchées par le tremblement de terre

- Ouverture de notre 1ère école vers les fabriques de briques (depuis nous en avons ouvertes 5 !)

- A reçu les fonds nécessaires pour aider les filles extrêmement marginalisées de la communauté Musahar (taux d'alphabétisation de 4%) à aller à l'école

LB.JPG

Liberia

- Lancement du programme pour soutenir 2 000 enfants au sein du programme accéléré et l'apprentissage de 2 ans en 6 mois

- 12 écoles ont vu le jour dans le Sud Est du pays où les résultats en apprentissage sont les plus faibles dans le cadre de l'expansion de notre programme Partnership Schools for Liberia

NG.jpg

NIGERIA

- Ouverture de notre 1er centre temporaire d'apprentissage au Nigeria

- 10 enseignant.es ont été formé.es et sensibilisé.es à l'enseignement en situation d'urgence

- 300 enfants ont reçu du matériel pour leur apprentissage

- 130 familles ont reçu un soutien pour mettre en place ou développer un commerce

- 23 000 enfants recevront la même aide en 2018 grâce aux fonds récoltés


RéPONDEZ A NOTRE APPEL - 5 mois après les coulées de boue et inondations eN SIERRA LEONE

Hannah Sesay est l'une des survivantes de la tragédie qui a frappé la Sierra Leone et coûté la vie de plus 1000 personnes en août dernier. Aujourd'hui, après avoir avoir tout perdu dont son mari, elle ne sait plus comment continuer à nourrir et éduquer ses enfants. Si la communauté internationale a réagit rapidement avec notamment le travail de l'équipe Street Child qui a procuré  plus de 85,000 repas, de l'eau, des vêtements, des couvertures et de l'aide psychologies aux victimes. L'impact sur le long terme est particulièrement visible pour les mères de familles comme Hannah.

Le 15 novembre dernier, le gouvernement de la Sierra Leone a commencé à fermer les camps où Hannah et des milliers de victimes vivent. Les victimes enregistrées ont reçu des colis d'aide composés de 225 euros, de riz, l'huile, de savon, des couverts et des tasses.  En échange, elles ont dû promettre de quitter le camp. Les colis ont pour but de soutenir les victimes à se reconstruire et partir de Freetown. Malheureusement, ce n'est pas suffisant.

Une semaine après que les camps aient fermé Hannah, qui est enceinte et qui s'occupe de 5 enfants, a déjà utilisé son argent pour louer une chambre faite de  zinc. Elle utilise l'huile pour cuisiner une soupe qu'elle vend dans la rue. Elle dépense chaque jour le peu de monnaie qu'elle gagne pour nourrir ses enfants sans pouvoir épargner. Mais Hannah n'est pas seule.

100 days.jpg

Marie a tout perdu dans les coulées de boues, dont sa fille. Avant la catastrophe, elle vendait du riz et de l'huile de palme. Elle aimerait rouvrir son commerce mais n'a plus les moyens d'acheter les matières premières. La semaine dernière, son fils de 11 ans a été renvoyé de l'école car elle ne pouvait pas payer les photos d'identité nécessaires pour les examens officiels. Les frais de scolarités s'élèvent à  380,000 leones, elle ne peut plus les payer. “Mon plus grand défi est de trouver de l'argent pour ouvrir un commerce et soutenir mes enfants. Ils ont besoin de nourriture.”

Dans un pays où les gens n'ont pas de comptes bancaires et pour qui leurs maisons sont aussi leurs lieu de travail, perdre leur maison signifie la perte de leur épargne et de leur espoirs d'avenir. Ces camps à Freetown ont donné aux victimes un endroit pour dormir. Maintenant ils n'ont nulle part où aller.

Kadiatu fait partie de ces quelques familles restantes à Old School camp à Freetown. Elle dort avec ses trois enfants sur un matelas dans une tente vide avec quelques autres personnes autour. Son bébé a deux mois. On lui a dit qu'elle devait partir après avoir reçu son argent.  “Je n'ai nulle part où aller. Si je reçoit l'argent jeudi, je n'aurais toujours pas de logement, je vais dormir dans la rue avec mes enfants.” Nous espérons avec le réseau Street Child apporter une aide à ces familles vulnérables pour qu'elles puissent se reconstruire. Street Child se spécialise dans le soutien aux mères via la mise en place de boutiques durables afin qu'elles puissent pourvoir aux besoins de leurs enfants en terme de nourriture et d'éducation.  A Freetown, de nombreuses familles font face à un futur incertain après avoir tout perdu. Notre travail est vital pour leur donner un avenir meilleur.   

camp.jpg

Vous pouvez continuer à les soutenir en faisant un don ici.


Aujourd'hui nous lançons notre appel pour le "Droit à l'Education", qui aidera les enfants les plus vulnérables de Sierra Leone, Liberia et Nigeria à apprendre à lire et écrire.

Nous donnerons un avenir à ces enfants qui font face à de nombreux obstacles : la crise, la discrimination de genre pour les filles, la pauvreté et l'isolations. Cet hiver, faites partie de quelque chose d'incroyable. Rejoignez Street Child France, afin que nous puissions changer ensemble la vie de 10.000 enfants en Afrique de l'Ouest et nous battre pour leur droit à l'éducation.

Vous pouvez faire un don ici : http://www.street-child.fr/donne

right to learn.jpg

Aide d'urgence NigEria

Il y a environ 3 millions d'enfants dans le nord-est du Nigeria qui ont besoin d'aide urgente. Depuis 2011, 2 millions de personnes ont fui leurs maisons par le conflit avec Boko Haram, un groupe extrémiste qui lutte pour un calife avec une grande violence.  Outre lors de l'enlèvement d'un groupe d'écolières en avril 2014, le Nigeria n'a pas reçu beaucoup d'attention internationale. Alors que Boko Haram est l'un des groupes terroristes les plus violents et les plus rapides au monde.

Street Child veut fournir des lieux sûrs pour les enfants afin qu'ils puissent continuer à apprendre. Notre travail a pour but de fournir une éducation sécuritaire et une aide d'urgence pour les enfants à risque de devenir une «génération perdue». Chaque enfant a droit à une base de sécurité et à l'accès à une éducation de qualité. Les enfants au Nigeria ont maintenant besoin d'aide ! Faites un don maintenant et aidez-nous à amener ces enfants à l'école.


Ce que les gens disent de nous...

"Voir c'est croire ! Voilà ce qui m'est arrivé lorsque je me suis rendu au Sierra Leone en 2014, avec Street Child. Cela a complètement changé ma vie. J'ai rencontré des personnes merveilleuses qui, avec l'aide de Street Child, ont pu monter leur entreprise, ce qui leur a permis d'accéder à de meilleures conditions de vie, pour eux et pour leurs familles."

Bridget O'Brien, Vice président, marques et communication, Vistaprint.

 

"Street Child est une organisation extraordinaire qui s'occupe des enfants parmi les plus pauvres au monde. C'est une ONG innovante et efficace qui impulse un changement social positif. A n'en pas douter, elle est digne de votre aide !"

Antonino Vaccaro, Professeur agrégé IESE Business School. 

 

  Un grand merci à ...